ūüćá 2024, un mill√©sime olympique, il va √™tre sportif !

Pour √™tre s√Ľr de recevoir tous nos emails, ajoutez-nous √† votre carnet d'adresses.
Si ce mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien.

 
Lettre d'information - Mars 2024
Editorial

Quel contraste. Alors que le calme régne au chai laissant le nectar de nos différentes parcelles se fondre avec les douelles de chênes centenaires, dehors, les premiers débourements sont apparus sur les Carignans et le monde semble poursuivre sa folle ascencion vers des points de non retour.

 

Des points de non retour qui ont tous en commun une course folle vers le toujours plus. Il est alors légitime de se demander ce qui pousse un être humain à toujours vouloir se surpasser, à tenter de dominer l'autre, à toujours en vouloir plus ? Pourquoi ne parvient-il pas à apprendre des expériences passées ? Pourquoi le discernement semble être une falculté que notre espèce a oublié ?

La théorie de l'évolution suggère que toutes les espèces vivantes sont en perpétuelle transformation et subissent au fil du temps et des générations des modifications morphologiques comme génétiques.

 

Lorsque nous parcourons la presse, nous en venons √† nous demander si l'heure de l'√©volution regressive n'a pas  sonn√© ? Homo sapiens est en train de tomber de sa branche et de retourner au pied de son arbre.

 

Pour l'y aider, les blocs Est et Ouest commencent une nouvelle partie de Jeux de Guerre et la plan√®te poursuit son inexorable r√©chauffement mettant ce que l'on nomme "la transition √©nerg√©tique", sur la plus haute marche du podium des enjeux majeurs de ce vingt-et-uni√®me si√©cle. Les slogans disent qu'il faut sauver la plan√®te ! Elle en a vu d'autre en plus de quatre millard d'ann√©es, sauver l'humanit√© nous semble plus appropri√©. Comme levier principale de notre sauvetage, la transition √©nerg√©tique est en haut du podium.  Elle est certainement une chim√®re. Le physicien & philosophe des sciences, Etienne Klein le laissait d√©j√† sous-entendre lors d'une conf√©rence en 2012, cinglant de v√©rit√©. Nous sommes dans la sixi√®me extinction de masse, la premi√®re √©tant survenue il y a pr√®s de 500 millions d'ann√©es. Nous pouvons √™tre fiers, c'est la premi√®re fois dans l'histoire que l'Homme sera parvenu √† unifier ses efforts dans un but commun.

 

Vous l'avez compris nous ne croyons malheureusement pas à l'unité mais nous trouvons espoir dans le fait que les espèces qui survivent ne sont pas les espèces les plus fortes, ni les plus intelligentes, mais celles qui s'adaptent le mieux aux changements, dixit Charles Darwin. Voila donc à notre sens notre salut, la capacité d'adaption, afin de tenter de rester sur sa branche car nul n'est près à revenir au dix-neuvième siècle, pour le bien commun.

 

A notre échelle de paysan du vin, vous découvrirez dans cette lettre qu'après une troisième anné consécutive qui s'annonce saharienne, il nous fallait faire dès cet hiver, des choix inhabituels pour dessiner les contours du millésime 2024. Ne pouvant - fort heureusement - influencer sur le climat, nous tentons de nous adapter à la nouvelle donne.

 

Il y a fort heureusement des sujets moins sombres. Après quatre mois d'élevage, nous vous commenterons l'évolution du millésime 2023 qui se dessine. D'une dégustation à l'autre nous commençons à entrepercevoir le potentiel des jus. 2023, le millésime le plus compliqué qui nous ai été de vinifier.

 

Quant au millésime 2022 que certains ont déjà débouché, les retours sont flateurs malgré la jeunesse des vins, vous découvrirez nos premiers commentaires de dégustation dans cette lettre.

 

Nous nous questionnions en pr√©ambule "Qu'est-ce qui pousse un √™tre humain √† toujours en vouloir plus ?". Dans notre cas, pas plus d'hectares, pas plus d'hecto-litres, en revanche nous essayerons toujours de faire encore meilleur et de toucher les √©toiles. Nous sommes d√©finitivement Homo sapiens. 

 

Bonne lecture,

Christophe & Sylvie

 
L'orientation du millésime 2024
Se préparer à trois années de sécheresse consécutives

360mm de pluie en 2022 au lieu des 500mm habituels, 260mm en 2023, jamais deux sans trois. Il faut se rendre à l'évidence, 2024 devrait être du même acabit. En effet, nous n'avons eu que très peu de pluie cet hiver: tout juste 100mm en cumulé depuis le jour de l'an.

Il nous reste √† esp√©rer que ce printemps ressemblera  au printemps 2022 lorsque la pluie tomba suffisament durant la p√©riode de d√©bourrement et de floraison sauvant ainsi le mill√©sime en qualit√© et volume. Comme le montre la photo prise au Moulin le 27 mars, les sorties de feuilles ont d√©but√© en avance, sur tous les c√©pages.

 

Le bilan que nous avons fait de l'ann√©e 2023 nous a conduit √† opter cette ann√©e, pour des choix inhabituels pour nous : nous avons termin√© la taille tr√®s t√īt alors qu'habituellement nous la finissons fin courant avril. L'objectif est d'obtenir une surface foliaire le plus t√īt possible afin d'√©viter les blocages - comme nous l'avions constat√© en 2023 - d√®s que les chaleurs sont arriv√©es. Reste √† esp√©rer que le gel ne viendra pas nous faire regretter ce choix.

 

La taille f√Ľt extrement compliqu√©e cette ann√©e, les bois √©tant massivement tr√®s fr√™les. Afin de pr√©server la plante, nous avons taill√© tr√®s court ne laissant que peu de coursons et d'oeils. La plante √©tant faible, il est imp√©ratif de limiter la charge des fruits, la production de cette ann√©e sera de facto impact√©e en volume mais c'est le prix √† payer pour pr√©server son terroir sur le long terme.

 

Autre option retenue : travailler les terres. Deux ann√©es tellement s√®ches que m√™me l'enherbement naturel ne pousse plus dans les rangs. Alors nous allons accentuer la fr√©quence des binages afin d'augmenter la perm√©abilit√© √† l'air et √†  l'eau. Les anciens disaient "Un binage vaut deux arrosages !". Alors essayons.  

 

Trois choix pour tenter de r√©pondre aux enjeux d'un mill√©sime s'orientant vers un nouveau stress hydrique.  Des choix qui, de toute mani√®re, nous mettent syst√©matiquement en situation de choisir entre la peste et le cholera.

 

 
Le millésime 2023 se peaufine
L'ambivalence des vins en élevage

Lorsque l'on écoute la majeure partie des vignerons parler de leur millésime, peu ont l'honnêteté de dire qu'ils sont déçus.

 

Lorsque nous avons bascul√© en √©levage le mill√©sime 2023, nous avons per√ßu l'impact du stress hydrique. Nous √©tions d√©√ßus par certains jus de parcelles. Certes, notre niveau d'√©xigence s'√©l√®ve tous les ans mais bon, un petit go√Ľt d'inachev√© tout de m√™me.

 

Quatre mois se sont √©coul√©s et la magie de l'√©levage commence √† op√©rer.  Il y a tout de m√™me une importante h√©t√©rog√©n√©it√© dans les jus. Comme vous le savez, nous vendangeons parcelle par parcelle, les vinifions s√©par√©ment et s√©parons les jus de presse et de coule. Nous pouvons alors percevoir tr√®s finement toutes ces nuances, 300 litres par 300 litres. 

Au moment ou nous écrivons ces lignes, nous sommes à mi-chemin. Les millésimes précédents nous avaient habitué à de grandes concentrations, 2023 sera sur des notes plus légères en particulier sur les grenaches des parcelles du Peyra et des Bounes. En effet, ce sont les deux parcelles ayant eu des maturités laborieuses, faute de feuillage. Même constat sur certaines parcelles de Syrah. Fort heureusement, la finesse quant à elle est toujours présente prouvant ainsi qu'un vin est façonné par deux terroirs : la Terre et l'Homme.

 

En revanche les jus de presses ont une belle concentration et nous offrent une finesse inhabituelle à ce stade de l'élevage. Enfin, les parcelles de Montado, du Moulin et de Cardanès ont visiblement bien supporté les conditions particulières du 2023.

 

Nous sommes encore loin du mois de novembre, mois durant lequel nous sortons les vins de l'élevage et préparons les cuvées avant l'embouteillage de mi-décembre. J'entrevois déjà de nombreuses séances de dégustation destinées à selectionner les barriques qui viendront composer nos différentes cuvées, la selection sera rude.

 

D'ici l√†, nous continuons √† peaufiner ces jus jusqu'au moment o√Ļ la magie s'op√©rera d√©finitivement.

 

 
D√©gustation du  Mill√©sime 2022

Un millésime dans la lignée Clos de Vènes

 

La majeure partie des allocations a √©t√© livr√©e et nous en profitons pour vous r√©it√©rer tous nos remerciements car c'est gr√Ęce √† vous que nous pouvons vivre de notre passion. Passion que nous essayons de vous faire partager lorsque vous ouvrez un flacon mais √©galement lorsque vous lisez ces quelques lignes.

 

Sur ce millésime, seul Cardanès Rosé n'a pas vu le jour, les autres cuvées sont au rendez-vous.

 

Apr√®s seulement trois mois de bouteille, la mise ayant √©t√© faite le 14 d√©cembre 2023, toutes les cuv√©es se go√Ľtent tr√®s bien. Certes, ce sont des vins qui doivent se peaufiner mais si vous ouvrez le flacon le matin pour le soir, voire la veille pour le lendemain alors le vin s'exprimera encore plus.

 

Pas de déception ni de surprise, un coup de coeur sur le Moulin que nous trouvons grandiose et Marsanne qui n'a jamais été aussi droite et précise - l'abandon de la péliculaire à froid doit certainement y être pour quelque chose.

 

Nous n'irons pas plus loin dans les commentaires, décrire un vin avec des mots est un métier, un don que nous n'avons pas. Je laisse donc le soin à chacun et chacune - nous aurions du écrire comme le voudrait la mouvance actuelle "chacun-e-x" mais nous sommes trop binaires pour cela - de découvrir ses émotions à la dégustation.

 

Nous avions la demande sur de grands contenants, nous avons donc produit sur Peyra et Montado des Magnums et des Jéroboams, il en reste encore quelques uns. 2022 ayant été très généreux, il reste de la disponibilité sur toutes les références en 75cl.

 

 
Hébergement touristique au domaine

 

Nous avions, avec certains d'entre vous, abordé l'hypothèse de déménager plus au sud. Nous avons au final décidé de rester dans cette belle demeure que nous avons en partie réaménagée. Notre offre d'hébergement a donc quelque peu évolué : moins de chambres disponibles à la location, moins de période d'ouverture et quelques services complémentaires.

 

Mais surtout, nous avons toujours ce même plaisir à vous accueillir en amis. Le planning de réservation est ouvert et disponible en ligne.

 

Rendez-vous à la prochaine édition de la newsletter, certainement fin juin 2024, d'ici là, passez un excellent printemps.

 

Retrouvez nous également lors de nos prochains évènements

GAEC Le Clos de Vènes

Sylvie & Christophe Jacquel

 

1, place de l'église

11700 Saint-Couat d'Aude

 

christophe@closdevenes.com

+33(0)4 68 32 29 82

Téléchargez les images
 
S'abonner | Engagements de confidentialité
 
Sendethic, le facilitateur du marketing en ligne.