Pour être sûr de recevoir tous nos emails, ajoutez-nous à votre carnet d'adresses.
Si ce mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien.

Chères Consœurs, Chers Confrères,

 

Etant comme nombre d’entre vous Expert-Comptable et commissaire aux comptes, très attaché à l’exercice de nos deux professions je me permets de vous adresser ce mail.

 

Vous avez reçu différents mails ces derniers jours relativement au rapport de l’IGF et à ses préconisations.

 

Le rapport ayant été diffusé par des journalistes dès hier, je me permets de vous le ré adresser en pièce attachée (http://www.actuel-expert-comptable.fr/content/ligf-estime-injustifiee-la-presence-obligatoire-du-cac-dans-les-petites-societes).

 

J’espère que vous aurez l’occasion de le lire pour bien mesurer l’impact que la stricte application de ses préconisations pourrait avoir sur nos cabinets.

 

La profession perdrait près de 95 000 (tableau page 12 du rapport) sur l’autel de la simplification et de la conformité aux seuils européens. Nous pouvons à juste titre nous demander si un jour nos instances ont pris le temps de faire une étude sur le rôle réel joué par le commissaire aux comptes dans les PME/TPE afin d’essayer de convaincre nos tutelles du bien fondé de notre mission.

 

Le combat n’est pas perdu, nombreux sont celles et ceux qui s’activent pour essayer de faire comprendre qu’il peut y avoir une position entre nos seuils et les seuils européens, que la chaine de contrôle doit être prise en compte et pas seulement pour les holdings.

 

Il est évident que le choc d’activité sera à absorber mais qu’en aucun cas il ne sera pas amorti car on ne remplace pas une mission légale par une mission contractuelle par un coup de baguette magique. Et évidemment qui va croire à la création de nouvelles obligations pour les TPE/PME là où l’on cherche absolument à les alléger de toutes contraintes.

 

Alors attendons-nous à devoir réfléchir différemment nos missions d’expertise comptable et de commissariat aux comptes sans pour autant tomber dans la mystification du transfert des missions légales du CAC vers une mission contractuelle de l’expert-comptable, car ce serait ouvrir la brèche à des obligations (type révélation des faits délictueux) qui ne peuvent que brouiller l’image des experts-comptables et ouvrir la boite de pandore de la responsabilité illimitée, là ou nous voulons conquérir le marché du conseil.

 

Je vous invite donc à répondre aux demandes que vous pouvez recevoir des différents syndicats et instances professionnelles pour soutenir toute action qui viserait à défendre l’utilité du CAC.


Bon courage
Bien sincèrement

 

Hubert Tondeur

Président

10 rue de Tenremonde

59040 LILLE Cedex

Tél. 03.20.15.80.89

Téléchargez les images
Partager ce message :
Facebook Google + Twitter Myspace Plaxo Viadeo Linkedin Transférer
 
S'abonner | Engagements de confidentialité
 
Message Business, le facilitateur du marketing en ligne.