Pour être sûr de recevoir tous nos emails, ajoutez-nous à votre carnet d'adresses.
Si ce mail ne s'affiche pas correctement, suivez ce lien

Lettre d'information de la Maison des Cultures du Monde | maisondesculturesdumonde.org

Visuel du Festival de l'Imaginaire 2016

Cher amis,

Nous vous livrons ici le programme de la prochaine édition du Festival de l'Imaginaire : quelques rendez-vous, soigneusement sélectionnés, avec des artistes qui lèvent le rideau sur leurs univers respectifs et nous dévoilent de nouveaux horizons. Cette 20e édition est l'occasion d'une première collaboration avec le festival Villes des Musiques du Monde. Elle marque également un tournant dans l'histoire du festival, qui quitte la salle « historique » du boulevard Raspail et se déploie dans Paris et sa région. Pour cela, nous sommes fiers d'avoir pu compter sur l'élan de soutien et d'encouragements de nos amis du Théâtre du Soleil, de Zingaro, de Paris Quartier d'Eté, de l'Institut du Monde Arabe et du Cabaret Sauvage. Ils ont toute notre reconnaissance.

Nous vous donnons rendez-vous dès le premier septembre : c'est à cette date que ceux d'entre vous qui l'ont souhaité recevront la brochure du festival et c'est également à cette date que la location sera ouverte.

D'ici là, nous vous souhaitons un très bel été !

INDE

PANDIT RAJENDRA PRASANNA

Maître de la flûte bansuri et du hautbois shehnai

Pandit Rajendra Prasanna est reconnu comme l’un des maîtres hindoustanis de la flûte bansuri et du hautbois shehnai, un instrument peu joué depuis la disparition de Bismillah Khan. Rajendra Prasanna appartient à une vieille lignée de musiciens de l’école de Bénarès connue pour son style élaboré et fleuri. Il est accompagné par trois musiciens dont son fils, le flûtiste Rishab Prasanna.

2 et 3 octobre au Théâtre du Ranelagh (Paris)

En tournée : 30 septembre et 1er octobre à l’Amphi de l’Opéra de Lyon / 8 octobre au Festival Mûsîqât (Tunis)

JAPON

LES BUNYA NINGYO

Marionnettes de l’île de Sado

Le maître marionnettiste Ken Nishihashi, après des années passées au Théâtre National de Bunraku d’Osaka, s’est installé dans un hameau de l'île de Sado afin de revenir à une forme parente du bunraku des origines : le bunya ningyo. Un art exigeant pour le manipulateur et émouvant pour le spectateur. Le choix du cirque Romanès comme lieu de spectacle s’inscrit parfaitement dans sa démarche artistique : « jouer dans un cadre nomade qui rappelle le quartier de Shijô à Kyôto au début du XVIIe siècle est pour moi un défi passionnant ».

2 pièces en alternance : la Femme renarde et la Coiffe cornée.

Du 7 au 10 octobre au Cirque Romanès (Paris)

En tournée : 5 et 6 octobre à l’Amphi de l’Opéra de Lyon

CARTE BLANCHE À WAED BOUHASSOUN

La Maison des Cultures du Monde s’associe à l’artiste syrienne Waed Bouhassoun pour proposer ce programme de concerts consacrés à des traditions musicales du Proche et Moyen-Orient aussi diverses que menacées.

CHANTS DES ÉGLISES D’ORIENT

Ensemble Musical Ecclésiastique Levantin de l’Université Antonine

Cantiques, litanies et improvisations vocales des Églises syriaque orthodoxe, maronite, grecque orthodoxe, grecque catholique et copte. Un témoignage rare de ce que les Églises d’Orient aujourd’hui menacées par l’intolérance religieuse, ont apporté à l’art musical arabe.

13 et 14 octobre à l'Église Saint-Roch (Paris)

CHANTS DES DJEBELS SYRIENS

Mona Issa et Bashar Abu Hamdan

Malgré la guerre, ou peut-être à cause d’elle, nombre de Syriens restent profondément attachés à leurs chants de terroir. Mona Issa a 19 ans et une voix splendide. Elle interprète avec une émotion retenue les chants de son village niché sur les hauteurs du Djebel Ansariyeh. Bashar Abu Hamdan est originaire du Djebel Druze, aux portes du désert de Syrie qui s’étend jusqu’à l'Arabie. Il a appris son art en allant avec son père dans les soirées de poésie où des sha‘er bédouins chantent et improvisent cette poésie « nabatéenne », dont le nom trahit l’antiquité des origines, en s’accompagnant à la vièle rebab. Sa renommée s’étend aujourd’hui dans tout le sud de la Syrie.

15 et 16 octobre à l'Institut du Monde Arabe (Paris)

MÉNESTRELS KURDES DE TURQUIE

Ensemble Stranbej

L’ensemble Stranbej (mot de la langue kurde kurmandji signifiant chanteur, ménestrel) est né de la rencontre de deux jeunes musiciens kurdes de Turquie, fraîchement arrivés à Paris, et de Mahmut Demir. Le trio, centré sur le chanteur et luthiste Rushen Filiztek, interprète des chants traditionnels kurdes de diverses régions d’Anatolie en s’accompagnant aux luths baghlama, divan saz et jümbüsh, à la vièle kabak kemaniye et aux grands tambours sur cadre.

16 octobre à l'Institut du Monde Arabe (Paris)

EGYPTE

CHIRINE EL ANSARY

Les Mille et une Nuits, spectacle de contes

Chirine Al Ansari l'égyptienne porte le nom de princesses nostalgiques. Et pourtant la force qui se dégage de sa parole de conteuse devient musique, vent de tempête, ressac océanique au seuil de grottes magiques. D'un geste, un haussement d'épaules, un regard en arrière, elle fait cesser les débordements et reprend d'une voix calme le cours de son histoire, sans jamais se lasser de ce thème prodigieux qui berça son enfance : les Mille et une Nuits.

Fin octobre (dates et lieux à venir)

En partenariat avec le festival Villes des Musiques du Monde

INDE

LA GRANDE NUIT DU KUTIYATTAM

Drame dansé du Kerala

Seul témoignage demeuré vivant d’un art de la scène vieux de près de deux mille ans, le kutiyattam associe tous les modes d’expression. Il est à la fois drame rituel, théâtre épique, opéra sacré et pantomime bouffonne. Par son ancienneté, cet ancêtre du kathakali domine l’histoire des arts du spectacle du Kerala, marquant ceux-ci de son empreinte dans la gestuelle, l’art du maquillage et du costume.

31 octobre au Théâtre du Soleil (Paris)

En partenariat avec le Théâtre du Soleil et le centre Mandapa / dans le cadre de Namaste France

TANZANIE

POLYPHONIES ET DANSES DES WAGOGO

Clan Nyati du village de Nzali

Les Wagogo vivent au centre de la Tanzanie. Ils sont réputés et admirés pour leurs splendides polyphonies vocales, leur musique instrumentale à base de vièles et de lamellophones et pour leurs danses aux chorégraphies élégantes et toniques. Leur musique, tout comme celle des pygmées d'Afrique centrale ou des Bushmen d'Afrique australe a éveillé l'intérêt des ethnomusicologues et de compositeurs occidentaux tels que György Ligeti, Luciano Berio et Steve Reich.

5 novembre à l'Auditorium du Musée Dapper (Paris)

En tournée : 4 novembre au Musée des Confluences (Lyon) et 6 novembre à l’Alhambra (Genève)

BAL THAÏ

PHIN PRAYUK DE PHETCHABUN

par le groupe Dao Phra Suk Sin

Le phin prayuk est un ensemble de musiques rituelles qui accompagne les fêtes du calendrier bouddhique dans la province de Phetchabun. Amplifiée par un incroyable sound system artisanal qui séduit les nostalgiques du rock et de la pop psychédélique des années 70, c’est une musique à la fois traditionnelle et moderne, une musique festive faite pour la danse et les libations libératoires.

9 novembre à La Bellevilloise (Paris)

Projet lauréat du Prix de la Maison des Cultures du Monde 2015

INDONESIE

CRY JAILOLO

Une création chorégraphique d’Eko Supriyanto

Sollicité pour mettre en valeur les danses traditionnelles des Moluques, le chorégraphe indonésien Eko Supriyanto a travaillé deux ans avec la communauté de la baie de Jailolo, un site de plongée sous-marine très prisé mais menacé par le tourisme et la pêche intensive. C’est en collaborant avec 350 jeunes hommes, en plongeant et en dansant avec eux, en observant leurs mouvements et ceux des poissons qu’il a conçu cette création, reflet de sa perception de la vie sous-marine et de la vie sociale de Jailolo. En amplifiant les mouvements, en accélérant le tempo des danses traditionnelles, Supriyanto a créé une pièce contemporaine pour sept danseurs qu'il a choisis parmi les 350 jeunes hommes.

18, 19, 20, 25, 26 et 27 novembre au Musée du quai Branly - Jacques Chirac, Théâtre Claude Lévi-Strauss (Paris)

En coproduction avec le musée du quai Branly - Jacques Chirac

ITALIE

PIZZICA ET MUSIQUES DU SALENTO

par Anna Cinzia Villani & MacuranOrchestra

Anna Cinzia Villani et ses compagnons du MacuranOrchestra interprètent les chants et les danses du monde agricole de l’après-guerre dans la péninsule du Salento. Dans sa voix ancienne résonnent le timbre acide et la vélocité des pizzica associées aux transes des tarentulées. Mais elle fait aussi revivre les chants de charretiers, les stornelli, strophes lyriques et humoristiques et ces bouleversants chants de la Passion interprétés à deux voix dans un antique dialecte grec.

18 novembre au Cabaret Sauvage (Paris)

En tournée : 16 novembre au Centre culturel Jacques Duhamel (Vitré) et 20 novembre au musée de la Corse (Corte)

GRECE

CHANTS DE FETE DE KARPATHOS

par les poètes musiciens du village d’Olymbos

Chanteurs, poètes, joueurs de viole lyra, de luth laouto, de cornemuse tsambuna, nous font partager l’ambiance des glendi, ces soirées festives où se transmet et se conserve la tradition orale, musicale et poétique d’une des plus belles îles du Dodécanèse.

20 novembre au Cabaret Sauvage (Paris)

Ce concert programmé les 14 et 15 novembre 2015 avait été annulé en raison des attentats du 13 novembre.
Projet lauréat du Prix de la Maison des Cultures du Monde 2015
En partenariat avec l'association Nisiotis

INDE

SUFIANA KALAM DU CACHEMIRE

par les Saznawaz Brothers

Le sufiana kalam est la musique classique du Cachemire. Cette tradition savante et soufie constituée de suites de chants d'amour mystique remonte au XVIIIe siècle au carrefour des musiques indienne et persane. Les Saznawaz Brothers sont les héritiers de six générations de musiciens de Srinagar et les derniers à jouer cette musique qui n’a pas été entendue en France depuis 1984.

25 et 26 novembre à l'Église Saint-Roch (Paris)

En tournée : 27 novembre au Musée des Confluences (Lyon)

HONGRIE

LE FILS DEVENU CERF

Film/théâtre d’après le poème de Ferenc Juhász

L’histoire d’une mère qui, au village, attend le retour de son fils parti à la ville chercher le savoir et les secrets de l’univers. Dans ce poème, Ferenc Juhász (1928-2015) s’inspire de la « Cantata profana » de Béla Bartók, puisant son motif dans l’ancienne légende roumaine des neuf cerfs magiques. Un parcours initiatique.

28 novembre au Théâtre de l’Atelier (Paris)

USA

TEXAS FIDDLING & BALLADES APPALACHIENNES

Wes Westmoreland, Anthony Mature et Sheila Kay Adams

Wes Westmoreland est un prodige du violon texan. Année après année il rafle les médailles des compétitions locales : Grand Champion au Llano Fiddle Fest en 2013 et 2014, Champion de l'État du Texas en 2015 pour ne citer que les plus récentes. Accompagné par Anthony Mature à la guitare, il interprète des polkas, des valses, des gigues, des reels, des ragtimes en doubles-cordes à la virtuosité diabolique et des thèmes de swing.

Sheila Kay Adams est la plus grande chanteuse de ballades vivante aux Etats-Unis. A cappella ou en s'accompagnant au banjo, elle chante des histoires d'amour, de guerre, de trahison, peuplées parfois de créatures cauchemardesques. Véritable trésor humain vivant, elle a remporté plusieurs prix dont le prestigieux National Heritage Fellowship.

1er décembre dans le Foyer du Théâtre Équestre Zingaro (Aubervilliers)

En tournée : 29 novembre au Trident (Cherbourg-Octeville)

USA

TEXAS IN PARIS

Théâtre musical en blanc et noir

Texte d’Alan Govenar - mise en scène d’Akin Babatunde
avec Lillias White and Scott Wakefield

En 1989 la Maison des Cultures du Monde a programmé une série de 17 concerts de musiques du Texas intitulée « Texas in Paris ». Le folkloriste Alan Govenar avait réuni pour l’occasion un vieux cowboy musicien, John Burrus, et une ancienne domestique noire férue de spirituals, Osceola Mays. Ils ne se connaissaient pas et le choc culturel de leur séjour à Paris en provoqua un autre, plus intime. Tout semblait opposer ces deux personnages : leur couleur de peau, leur vie, leurs préjugés. John et Osceola sont morts voici une dizaine d’années. Alan Govenar raconte leur rencontre et leur apprivoisement mutuel dans un musical plein d’émotion et d’humour, jalonné d’une trentaine de chansons interprétées en live par les comédiens. Leurs conversations font revivre des souvenirs drôles ou douloureux, parfois similaires, et révèlent un même attachement aux valeurs et à la culture américaines.

Du 13 au 16 décembre au Théâtre Adyar (Paris)

Exposition

KOKDU

Figurines funéraires de Corée

Les kokdu sont des figurines en bois peintes de couleurs vives. Elles ont joué un rôle important dans les cérémonies funéraires coréennes tout au long de la période Joseon (1392-1906) et jusqu’au milieu du XXe siècle. Plus que de simples objets de décoration elles accompagnaient l’esprit du défunt dans son voyage vers l’au-delà. Elles le guidaient, le protégeaient, le soignaient et même le divertissaient, tout en apportant une consolation à ses proches. Selon leur fonction, les kokdu peuvent avoir une apparence joyeuse et même joueuse, ou au contraire effrayante lorsqu’elles doivent chasser les mauvais esprits.

Du 7 octobre 2016 au 26 février 2017 au Centre français du patrimoine culturel immatériel (Vitré)

En partenariat avec The Museum of Face, Namjong-myeon (République de Corée) / Commissariat : Kim Seung-mi
Avec le soutien de Arts Council Korea

RENCONTRE

LE PCI DANS LA LOI, ET APRES ?

13e Journée du patrimoine culturel immatériel

2016 marque le dixième anniversaire de la ratification par la France de la Convention de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel - entrée en vigueur au niveau international la même année - ainsi que l'adoption de la nouvelle loi « Création, architecture et patrimoine » qui intègre le PCI dans la définition du patrimoine. À l'heure des bilans de cette décennie de mise en œuvre sur le territoire national, que change cette inscription dans la loi et quels effets peut-on en attendre ? Ces questions seront débattues par des chercheurs spécialistes en droit comparé du patrimoine culturel immatériel, ainsi que des responsables d'administrations originaires d'autres pays européens ayant adopté une législation en faveur du PCI.

15 décembre au Musée du quai Branly - Jacques Chirac / Salle de cinéma

En partenariat avec l’Institut des Sciences sociales du politique - ENS Cachan

Chez nos partenaires

Festival Paris quartier d’été

We are Korean, Honey!

Comment vit-on en République de Corée ? Pour répondre à cette question, Paris quartier d’été propose de conjuguer arts et art de vivre le temps d’une folle semaine au rythme des pulsations de la culture coréenne. Danse, concerts, performances, dancefloor et foire à tout : Séoul se transporte au Carreau du Temple, sous la conduite aussi rigoureuse qu’intrépide de la célèbre chorégraphe Eun-Me Ahn.

Du 20 au 24 juillet au Carreau du Temple (Paris)

Plus d’infos sur www.quartierdete.com / 01 44 94 98 00

Festival d'Ile de France

Festival d’Ile de France : 40 ans !

Le Festival d’Ile de France fête cette année ses quarante ans et vous emmène pour un voyage musical avec 33 concerts dans 29 lieux en Ile-de-France.

Retrouvez entre autre : l’ensemble espagnol La Grande Chapelle et la grande interprète algérienne Beijhda Rahal pour un programme autour des oeuvres de la Renaissance espagnole ; Kayhan Kalhor et Toumani Diabaté, le dialogue au sommet entre deux virtuoses des cordes ; ou encore Vincent Peirani et Heo Youn-Jeong pour un voyage aux confins de l’Orient entre jazz, musiques improvisées et musiques traditionnelles.

Du 3 septembre au 9 octobre 2016

Profitez du Festival grâce au Pass 3 concerts : 45 € ou au Pass 5 concerts : 65 €
Info & résa : 01 58 71 01 01 / www.festival-idf.fr

Nous suivre Nous contacter | maisondesculturesdumonde.org

Maison des Cultures du Monde | 101 boulevard Raspail 75006 Paris, France | T +33(0) 1 45 44 72 30

Pour ne plus recevoir notre lettre d'information, cliquez ici

Téléchargez les images